Maison Alizarine

... le nom, par essence, était teint d’écarlate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Background - Famille d'Alizarine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asphodèle

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 07/03/2017

MessageSujet: Background - Famille d'Alizarine   Mar 7 Mar - 10:20

L’Écarlate en héritage

Il y avait bien là quelques siècles que la famille d’Alizarine avait gagné sa noblesse, au sein du Havre. On racontait même, que des d’Alizarine auraient été au côté du souverain du Havre depuis l’indépendance chèrement acquise de la cité-état… autrefois. On racontait aussi que le patronyme avait été gagné ainsi, en ces offices nobiliaires forcément brutaux de la cité recluse : le nom, par essence, était teint d’écarlate.

Le Havre, en ses sièges perpétuels, ses éternelles rudesses où l’homme se retournait contre l’homme, et en faisait sans peine bétail de cheptel, ne se pliait à la volonté après tout que d’une noblesse résiliente et opiniâtre. Qui maintenait son statut, en teignant ses atours et ses mains du carmin sanglant.

On disait qu’ainsi les d’Alizarine, ambitieux par nature, avaient bien gagné là leur nom : prenant charge des bêtes, animales ou humaines, destinées à la corvée, et à nourrir d’autres hommes en leur finalité. Si en d’autres royaumes, bouchers et bourreaux étaient faits parias, il n’en allait pas de même pour le Havre, qui permettait aux loups de régner sur les agneaux.

Mais ces temps-là étaient depuis longtemps envolés, en même temps que le statut nobiliaire de la famille. Un siècle et demi déjà s’était écoulé depuis la réintégration du Havre au sein d’un Royaume plus vaste encore que l’antique Empire Tramontain, celui d’Hysdrit. Et au fil du passage des décennies, on pouvait présumer qu’un portrait magnifié et embelli s’était peint, de cette histoire familiale.

Opiniâtres et ambitieux, les d’Alizarine, disait-on, l’étaient toujours bel et bien. L’union des royaumes à peine consommée, les vastes plaines de l’Empire Tramontain semblant s’offrir aux ambitions, larges et dévorantes. Suivant dépossession progressive des anciens fiefs, c’est en ces grandes plaines que la famille décida de se délocaliser, pour continuer d’édifier monument à sa gloire, en lieu moins confiné que le microcosme de la cité-état. La noblesse, non point plus assurée par le précieux grenat du sang, allant et venant comme au gré des marées, entre individus de la famille qui illustrés, qui disgraciés, en leurs entreprises, toujours disparates, mais toujours légèrement entachées de rouges éclaboussures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asphodèle

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 07/03/2017

MessageSujet: Re: Background - Famille d'Alizarine   Mar 7 Mar - 10:23

Ces fleurs couleur de rubis

Sans doute semblait-il curieux, que famille à l’odeur ferreuse du sang chevillée au corps ait tel amour des fleurs, pour en affubler systématiquement ses descendants de dénominations végétales. Le gout des fleurs pourtant, n’était pas fortuit.

Dans ce Havre, où la survie à ses heures était lutte, où les plus démunis manquaient en état de siège de tout, spécialement de l’essentiel, les fleurs étaient un luxe inoui. Leurs parfums capiteux, les teintures flamboyantes que l’on en tirait, ou même leur simple apparence, signalait de loin que l’on pouvait accéder aux jardins suspendus, bénéficier de ses parcelles, un privilège exclusivement réservé à la caste nobiliaire.

La coutume de prénommer enfants de la famille, à l’égal de ces plantes dont la plèbe ne connaissait que le nom, était restée, malgré le changement profond dans l’air du temps, qui les avait amenés désormais à implanter leurs racines en un sol plus riche, une terre d’abondance, lointaine à sa façon des us et des dispositions du Havre.

Et il semblait que la famille avait semé en ce sol fécond dernière bouture, recoupant tout le reste de la sève de la lignée en la personne d’Amaranthe d’Alizarine. Il s’agissait d’une femme fière, et forte à sa façon, qui avait repris de son père la tenure d’un haras, chargé de pourvoir les équipées guerrières de palefrois comme de bêtes de somme, de créatures de guerre, ainsi que d’esclaves faisant office tant de piétaille que de réceptacle à la jouissance d’une nuit. Si la structure nobiliaire avait été aussi chamboulée au sein de l’Empire Tramontain, les coutumes des équipées chevaleresques étaient restées bien vives, même si depuis l’avènement de la grande paix, les menaces à étouffer devenaient moins nombreuses, et les vastes plaines, plus populeuses et toujours plus exigües. Et de fait, les us de feu l’Empire avaient été véritable manne pour l’opportuniste lignée.

De cette entreprise, elle avait tiré assez de crédit pour être appelée « Dame », mais à l’égal de nombre de ses ancêtres, l’ambition coulait en ses veines ainsi que le pourpre de son propre sang. Jamais, la capiteuse fleur n’avait pris mari. Pourtant, elle avait élu parmi la noblesse qui la déclassait quelques amants, dont elle extirpait tour à tour présents, pécule, et confidences présumément droit issues de la royauté, fruit des intrigues de cour.

De ces aventures, elle s’était trouvée engrossée. Là où autre femme aurait trouvé matière à panique et désarroi, elle, n’avait pas perdu son aplomb. Aux trois hommes, en aparté, elle avait souligné leur paternité, et depuis lors en triple, avait-elle reçu émoluments pour assurer à la fois discrétion quant à la famille de ces hommes mariés, et l’entretien de ces jeunes pousses qui, inéluctablement, porteraient le nom de la lignée d’Alizarine. Non pas un, mais deux enfants lui étaient venus simultanément. Sur les fonds concédés par leurs trois pères présumés, plongés tant le commerce et les intrigues de mère, ces jumelles avaient été élevées. Ainsi qu’à leurs ancêtres, avaient incombé à ces jeunes âmes le nom de fleurs chéries par la lignée : Amarillys et Asphodèle.

Les ambitions d’Amaranthe, pourtant, avaient un revers : arachnéenne, elle avait tissé toile d’intrigues si complexes qu’il lui arrivait parfois de s’y emmêler les pattes, ce qui l’empêchait de s’élever plus haut. L’histoire concernant la paternité des jumelles n’était pas tout à fait étrangère à l’affaire : les hommes ont parfois bien peu de talent pour maintenir intact, entre eux, le sceau du secret, la crânerie au nom de la virilité ayant parfois raison de toute discrétion. Mais, ce n’était pas seule cause : en sa duplicité comme en son arrivisme, Amaranthe d’Alizarine était d’une rare constance.

C’est en ce terreau, que les fleurs couleur de rubis poussaient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amarillys
Admin
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 07/03/2017

MessageSujet: Re: Background - Famille d'Alizarine   Mer 8 Mar - 3:14

Décors & Ambiances

Les plans du manoir aux fin des rénovations

Domaine Alizarine:
 

À la résidence familiale, sur certains murs, on pouvait apprécier quelques écus peints aux couleurs des Alizarine.

Blasonnement d'hermine à 6 roses de gueules 3, 2, 1 :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alizarine.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Background - Famille d'Alizarine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Background - Famille d'Alizarine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille DIOR
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» Les noms de famille de l'Orne
» Du nouveau ministere de la famille
» Trémauville - Famille LE VILLAIN - LUCAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison Alizarine :: Histoires et Récits :: Bibliothèque-
Sauter vers: